Être entendus par le premier ministre

Quinze parlementaires de Seine-Saint-Denis interpellent le Premier ministre sur le rapport Cornut-Gentille/Kokouendo

 

Le rapport d’évaluation de l’action de l’Etat en Seine-Saint-Denis sur les missions régaliennes police, justice, éducation, rendu récemment par les deux députés François Cornut-Gentille et Rodrigue Kokouendo a pointé, une fois de plus, la faiblesse des moyens de l’Etat affectés en Seine-Saint-Denis, au regard de sa situation hors norme.

Cet état de fait, qui dure depuis des années, rompt la promesse de l’égalité républicaine dans ce département de France où elle est certainement la plus nécessaire.

Ce rapport ne doit pas rester lettre morte.

C’est pourquoi, au-delà de leurs sensibilités politiques, quinze parlementaires de Seine-Saint-Denis (LFI, LR, UDI, PC, PS), dont Gilbert Roger, ont demandé la création d’un comité de suivi interministériel des actions que le gouvernement entend mener pour corriger cette situation devenue insupportable.

Seuls les députés LREM ont refusé de s’associer à cette initiative!

Les signataires souhaitent que la transparence la plus complète soit faite sur les moyens affectés par l’Etat en Seine-Saint-Denis mais aussi sur l’organisation de ces moyens.

Afin de contrôler l’application, ils veulent un calendrier précis des mesures que le gouvernement entendrait prendre pour répondre à cette situation incompréhensible pour les habitants de ce département et qui suscite la colère.

Ils souhaitent être reçus rapidement par monsieur le Premier ministre afin d’en discuter.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.