Grèce :première déclaration du président Hollande

Le Président de la République a félicité dès dimanche 24 janvier Alexis Tsipras de la victoire de Syriza aux élections législatives grecques. La France a la volonté de poursuivre l’étroite coopération historique entre nos deux pays. Notre objectif commun, c’est la croissance et la stabilité de la zone euro. Le rôle de l’Europe, c’est d’accompagner la Grèce sur le chemin de la croissance et des réformes. Il y aura des discussions avec les partenaires européens de la Grèce et le nouveau gouvernement dans le cadre commun aux membres de la zone euro. Un esprit de solidarité et de responsabilité devra y présider.

Le Président de la République a félicité dès dimanche 24 janvier Alexis Tsipras de la victoire de Syriza aux élections législatives grecques. Il s’est entretenu ce lundi avec le nouveau Premier ministre grec, et l’a invité à se rendre rapidement à Paris.

La France a la volonté de poursuivre l’étroite coopération historique entre nos deux pays. Au service de la croissance et de la stabilité de la zone euro. Dans l’esprit de progrès, de solidarité et de responsabilité qui est au cœur des valeurs européennes que nous partageons. La France sera aux côtés de la Grèce dans cette période importante pour son avenir.

La question de la sortie de la Grèce de la zone euro ne se pose pas, aucun des partis ne l’a envisagé. La sortie de la zone euro n’est pas une option, la Grèce y a toute sa place.

Le nouveau gouvernement devra tenir les engagements, mais il faudra aussi des discussions sur le meilleur chemin économique pour la Grèce. Ce dialogue doit avoir lieu dans l’esprit de progrès, de solidarité et de responsabilité qui est au cœur des valeurs européennes que nous portons.

– Il y aura des discussions avec les partenaires européens de la Grèce et le nouveau gouvernement issu des élections d’hier dans le cadre commun aux membres de la zone euro. Le programme actuel de la Troïka (FMI, BCE et EU) arrive à son terme et des discussions avec les autorités grecques sur une nouvelle forme d’assistance financière de la part de l’Europe doivent être engagées pour que la Grèce puisse se financer sur les marchés. Il doit bien sûr y avoir une reprise du dialogue. Il y a à cet égard des points intéressants dans le programme de Syriza (lutte contre la fraude fiscale, réduction des rentes, lutte contre la corruption…).

– Le rôle de l’Europe c’est d’accompagner la Grèce sur le chemin de la croissance et des réformes. La Grèce a connu une crise très dure parce qu’elle avait accumulé des déséquilibres très profonds pendant de nombreuses années. Des réformes en Grèce comme dans la plupart des pays européens sont engagées. Ce sont des réformes que tous les partis, y compris Syriza, considèrent comme nécessaires. Mais elles sont difficiles à mettre en place et elles prennent du temps. Le rôle de l’Europe, c’est d’accompagner les autorités grecques pour la mise en place de ces réformes.

Nous relevons les premières déclarations d’A. Tsipras. Il y aura du travail dans les prochaines semaines. Nous devons l’accomplir dans un esprit de solidarité et de responsabilité. Notre objectif commun, c’est la croissance et la stabilité de la zone Euro.

SECURITE ROUTIERE – PLAN

Autres articles qui pourraient vous intéresser.