Attentat au journal Charlie Hebdo

« La France est aujourd’hui devant un choc, un choc qui est celui d’un attentat. Car c’est un attentat terroriste, ça ne fait pas de doute, par rapport à un journal qui avait été plusieurs fois menacé, et qui était justement protégé » (PR, 07/01/15).

C’est « un acte d’une exceptionnelle barbarie [qui] vient d’être commis, contre un journal c’est-à-dire l’expression de la liberté, contre des journalistes qui avaient toujours voulu montrer qu’ils pouvaient agir en France pour défendre leurs idées et pour avoir justement cette liberté que la France protège. Il y avait également des policiers pour les protéger. Ceux-là, journalistes, policiers, ont été lâchement assassinés » (PR, 07/01/15).

Le parquet de Paris fait état de 12 morts et de 7 blessés. « Nous aurons dans quelques heures le bilan exact » (PR, 07/01/15).

Une réunion a été convoquée à l’Elysée avec « les ministres et les responsables qui sont directement concernés par la protection que nous devons assurer à tous les lieux où de mêmes actes pourraient être renouvelés par les mêmes barbares » (PR, 07/01/15).

– « Nous avons engagé le plan Vigipirate attentat » (PR, 07/01/15). Le Premier ministre a en effet décidé de relever le plan Vigipirate au niveau « alerte attentat », niveau le plus élevé, sur l’ensemble de la Région Ile-de-France :
o Les organes de presse, les grands magasins, les lieux de culte ainsi que les transports vont faire l’objet immédiatement d’une protection renforcée.
o Toutes les forces disponibles sont mobilisées et des renforts civils et militaires seront déployés dans le cadre du plan Vigipirate. L’ensemble des préfets, sur tout le territoire, ont consignes de renforcer la vigilance et de mobiliser les forces placées sous leur autorité.

– Tous les moyens sont mis en œuvre pour identifier, traquer et interpeller les auteurs. « Ils seront pourchassés aussi longtemps que nécessaire pour qu’ils puissent être arrêtés et traduits devant les juges et condamnés » (PR, 07/01/15).

« Dans ces moments-là, il faut faire également bloc, montrer que nous sommes un pays uni, que nous savons réagir comme il convient, c’est-à-dire avec fermeté, mais avec toujours le souci de l’unité nationale. […] Nous sommes dans un moment extrêmement difficile.

« Plusieurs attentats terroristes avaient été déjoués ces dernières semaines. Nous savions que nous étions menacés, comme d’ailleurs d’autres pays dans le monde » (PR, 07/01/15).

« Nous sommes menacés parce que nous sommes un pays de liberté. Et parce que nous sommes un pays de liberté, nous conjurerons les menaces, et nous punirons les agresseurs » (PR, 07/01/15).

Le président de la République interviendra à 20 heures depuis l’Elysée.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.