Relancer le marché de la construction

« C’est un fait : le marché [de la construction] est déprimé. Il n’y a eu que 330 000 mises en chantier en 2013, alors qu’il en aurait fallu 500 000. Dans beaucoup de villes, se loger est devenu un vrai casse-tête. Louer ou acheter est devenu très difficile ». Et « 40 000 logements en plus par an devraient produire 100 000 emplois directs d’ici 2017 » (PM, 25/06/14).

« Il faut donc agir et vite », « enclencher un cercle vertueux : aider les Français concrètement à accéder à un logement, et relancer un secteur déterminant pour la croissance et l’emploi » (PM, 25/06/14) :

˗ Pour favoriser l’accession à la propriété : « davantage de ménages doivent pouvoir bénéficier » du prêt à taux zéro (PTZ).
o Ces prêts seront prolongés, augmentés. « Prenons un seul exemple : celui d’un couple qui habite dans une zone où le marché immobilier est tendu, comme à Toulouse, et qui gagne 2 250 € par mois. Pour acheter, il pourra emprunter 49 000 € à 0 % d’intérêt, au lieu de 43 500 € aujourd’hui. Le remboursement de ce prêt commencera dans 7 ans, et non plus dans 5 ans » ;
o Ils seront « élargis à l’achat d’un logement ancien dans certains centres-bourgs en zone rurale, sous réserve d’y réaliser des travaux » (PM, 25/06/14) ;
o Objectif : distribuer 80 000 nouveaux PTZ en 2015, contre 44 000 en 2013. Ces prêts seront disponibles auprès des banques en octobre 2014.

˗ Pour développer l’investissement locatif dans les villes où les loyers sont chers :
o Les plafonds de loyers et de ressources du dispositif d’incitation seront relevés notamment à Lille, Lyon et Marseille afin de l’adapter à la réalité des besoins locaux ;
o Les propriétaires faisant l’effort de loger plus longtemps (au-delà de 9 ans) des locataires avec des loyers plafonnés y seront encouragés par un avantage supplémentaire, pour mieux répondre aux besoins et accroître davantage l’offre locative ;

˗ Pour réduire les normes pour réduire les coûts : 50 premières mesures de simplification seront mises en œuvre au plus tard cet automne, sans revenir sur la qualité des logements. D’autres suivront.

˗ Pour soutenir la rénovation énergétique des bâtiments :
o La TVA sur les travaux de rénovation énergétique a déjà été réduite à 5,5 %.
o En complément, des mesures ont été annoncées la semaine dernière dans le cadre de la loi sur la transition énergétique : tiers-financeur avec les collectivités locales ; prêts des banques, tels que l’éco-PTZ ; simplification et extension à la rentrée du Crédit d’impôt développement durable, pour la réalisation des travaux de rénovation énergétique, avec un taux unique porté à 30 %.

– Pour renforcer la mobilisation du foncier public : les préfets seront chargés de faire émerger des projets ciblés de construction, en lien avec l’ensemble des acteurs locaux. Un pilotage national sera mis en place.

LOI ALUR

« La loi Alur vient d’être votée, elle n’est pas responsable » de la situation actuelle du marché immobilier. « Aucun détricotage, une application réaliste, pragmatique et vigilante de la loi ».

L’encadrement des loyers « est une mesure sociale importante ». « Il faut encadrer les loyers, mais de façon transparente et prévisible. Des observatoires des loyers doivent être mis en place ». « Nous devons agir dans un souci d’équilibre entre la protection du locataire et la rentabilité pour les bailleurs et investisseurs » (PM, 25/06/14).

« La Garantie universelle des loyers c’est plus de facilité pour le locataire, mais c’est aussi plus de sécurité pour celui qui loue car le risque d’impayé décourage la location ». « Elle ne sera pas abandonnée mais mieux ciblée » : « le principe de la GUL est généreux mais il a un coût trop important. Nous travaillons donc à l’ajuster pour qu’elle bénéficie à ceux qui en ont le plus besoin : les jeunes » (PM, 25/06/14).

Autres articles qui pourraient vous intéresser.