Rythmes scolaires: l’UMP torpille le rapport de la mission d’enquête

Le rejet mercredi par des sénateurs UMP d’un rapport sur la réforme des rythmes scolaires, élaboré par une mission d’information qu’ils avaient eux même demandée, « prive les maires d’améliorations potentielles », a regretté jeudi la sénatrice PS Françoise Cartron, rapporteur de cette mission.
« En colère »six mois de travail, 80 personnes auditionnées, cinq déplacement sur le terrain, « tout ça à l’eau », a-t-elle déploré. « Il fallait le dire dès le début, si c’était pour torpiller ». « C’est la première fois dans l’histoire du Sénat qu’un rapport d’information n’est pas voté et est rejeté », a-t-elle déclaré. C’est « presque un contre-sens, il est co-élaboré ».
Cette mission commune d’information avait été demandée par le groupe UMP. Elle était composée à parité de membres de la majorité et de l’opposition et présidée par la sénatrice UMP Catherine Troendle.

Le rapport a été rejeté par 16 voix, UMP et UDI-UC, 15 sénateurs, PS, RDSE (à majorité PRG) et écologistes votant pour, et deux Communistes, républicain et citoyen (CRC) s’abstenant.

« Je vais continuer à en parler, mais ça n’aura pas le même poids. Nous avions besoin d’un rapport de force » pour obtenir une « dotation de financement » et vis-à-vis de la Caisse d’allocations familiales, a-t-elle expliqué, estimant qu’avec ce rejet « les sénateurs UMP privent les maires d’améliorations potentielles ».
Parmi les 18 propositions, figurent la création d’une dotation rythmes scolaires, modulée en fonction de la richesse des communes, inscrite chaque année au budget.
Selon elle, le coût des activités périscolaires représente « entre 0,5% et 0,7% des dépenses de fonctionnement des communes », avant les aides publiques.

Autres articles qui pourraient vous intéresser.