Dépénaliser les drogues douces? Pour moi c’est non!

Le débat est permanent surtout dans certains quartiers populaires ou le phénomène de commerce de drogues "douces" et "dures" est actif.

Mais je ne pense pas qu'il faille baisser les bras et abandonner toute une partie de l'autorité incarnée par notre société à la facilité, d'ailleurs qualifier de douce ou dure, c'est dèjà mettre un pied dans la complaisance.

Est-ce à tort ?

Certes, d'aucun compare la drogue douce et ses méfaits sur la santé à la nocivité avérée de la cigarette, mais on peut vivre sans fumer.

Je suis plutôt partisan d'accentuer la prévention active en effet, l'action sanitaire et sociale a pratiquement disparue des priorités gouvernementales, et l'addiction est un sujet tabou à l'école…Dès lors, rien si ce n'est aller vers une dépénalisation.

Je suis aussi pour l'interdiction absolue de vente d'alcool ou de cigarettes à un mineur; une règle commerciale pourtant simple à mettre en oeuvre, si on le veut vraiment.

Et puis l'augmentation des plaisirs artificiels est aussi synonyme de mal vivre, et pour le compte l'Etat tel qu'il est n'est pas un phare pour les jeunes et moins jeunes, là encore il faudrait ouvrir un chantier du bien vivre ensemble. Tout un programme.

C'est un débat de société qui s'ouvre, souvent étouffé par les politiques de tous bords, voilà je veux aussi y réfléchir sans dogmatisme

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.