Service Minimum d’accueil dans les écoles: une vaste pagaille

Une fois encore, le gouvernement cherche à faire porter la responsabilité de ses incompétences sur autrui. Il en est ainsi de la Loi dite "SMA" qui impose aux communes de requisitionner de son propre personnel pour garder les enfants en cas de fait de grève à l'Education Nationale.

Une inepsie, car le texte de Loi donne à peine 48 heures aux maires pour organiser, recutrer, trouver des lieux. Et comment garder des enfants avec du personnel non formé pour ce faire?

Prenons l'exemple de la grève du jeudi 20 novembre: elle concerne toute les personnels donc en collège et lycée il est annoncé aujourd'hui à la radio au moins 40% de grévistes. Les familles ayant des enfants en primaire et en collège peuvent être tenté de penser qu'après tout ce qui est valable pour le petit l'est pour le grand…Et bien non. Qui gardera quand même l'enfant entré en 6 ème?

On nous annonce aujourd'hui par exemple que 4600 élèves non pris en charge par des enseignants grévistes sur la base de groupe de 20 enfants , cela fait pas moins de 230 personnes à recruter!!!

Mais où, sous la responsabilité de qui et pour faire quoi toute une journée? 

Je refuse de confier les écoliers de la ville à des employés communaux qui ont toutes les compétences nécessaires pour assurer l’entretien des espaces verts, animer des centres de loisirs, ou enregistrer des documents d’état civil… mais qui ne peuvent nullement garantir la complète sécurité des élèves ni un véritable encadrement pédagogique une journée durant ; tout ceci, au prix d’une désorganisation totale des services de la Ville. 

Arrêtons l'idéologie néfaste de cette droite hautaine et que ses députés confient au ministre de l'Education nationale le soin d'organiser un service minimum s'il en rêve. Mais aurait-il peur des enseignants?

Autres articles qui pourraient vous intéresser.