L e congrès du PS est désormais ouvert

C’est fait, après les gentilles déclarations de délégués expliquant les uns après les autres à la tribune du congrès pourquoi ils ont voté pour telle ou telle motion, les délégués ont eu le droit au discours d’adieu du premier secrétaire sortant, F. HOLLANDE. Ce dernier a balayé les dix années de sa fonction pour esquisser dans le tout et son contraire, le profil de son (sa) succésseur.

Puis , démarche oblige, chaque motion s’est retrouvée sous un petit barnum surchauffé pour revenir sur la campagne interne, puis évoquer la nuit qui s’ouvre en tractations en tous genres entre les conseillers politiques de chaque motion. Le mariage des ambitions politiques entre tel ou tel texte?
Seules certitudes ce matin, Ségolène ROYAL est sortie de son frigidaire pour être candidate au poste tout en indiquant que Vincent Peillon serait son vice-premier secrétaire (poste qui n’existe pas dans les statuts du PS) et François Rebsamen à la tête de la FNSER, pour les non-initiés, la fédération des élus (es).
En clair, elle propose avec ses 29% de capter tous les postes clefs du Parti.
Bertrand DELANOE déçu de son faible score (il visait les 50% !) ne soutiendra personne, il rentre sur son île.
Benoît HAMON avec ses 18% se verrait bien à la tête du parti soutenu par les autres motions sur un total théorique de 70%.
Quant à Martine AUBRY, malgré sa belle démarche elle n’avait pas hier soir encore d’accord politique pour faire une majorité de gestion politique du PS.
Alors que se passera-t-il ce matin dans les travées du congrès et les tables de Reims.
A demain, mais en écoutant les journaux radios et télés vous en saurez autant que moi.

Autres articles qui pourraient vous intéresser.