30 Octobre, une terrible explosion, et depuis ?

30 Octobre une terrible explosion de gaz ravage   un immeuble faisant un mort et 62 blessés graves. L’immeuble est soufflé ravageant un restaurant. Pour beaucoup, vous avez manifesté votre solidarité auprès des victimes et nous ne saurons jamais assez vous en remercier.    
5 mois après, où en sommes-nous? Beaucoup de blessés sont sortis des hôpitaux mais continuent de recevoir des soins. Quelques uns sont encore dans des établissements de repos. Et aucun n’oublie ce drame.
Monsieur le Procureur de la République réunit chaque mois une commission d’indemnisations préalables au procès. C’est une bonne chose que les victimes ont apprécié. La convention est actuellement en cours de signatures entre les compagnies d’assurances représentantes des entreprises et les autorités (procureur, président du conseil général, maire). Cette convention ne préjuge pas des responsabilités, mais elle sera d’un grand secours pour chaque famille, et pour les commerçants touchés en particulier les restaurateurs de l’étoile du centre.
Reste à faire réouvrir la rue R. Salengro et savoir quoi faire du bâtiment ravagé par l’explosion. La, nous sommes "victimes" de l’autorité des juges d’instruction. Elles sont 2 et se placent derrière le "secret de l’instruction" pour refuser de dire à qui que ce soit quand et comment nous pourrions ouvrir la rue à la circulation et faire disparaître les traces de ce drame en coeur de ville. Les commerçants de la rue Salengro sont chaque jour un peu plus asphyxiés par la perte de clientèle et malheureusement nous sommes dans l’incapacité de leur donner un délai probable de réouverture.

Personne n’aurait autorité sur mesdames les juges d’instruction un fois nommées sur cette affaire, pour dialoguer avec elles sur la date et les conditions pratiques de la réouverture de la rue!
Alors, chaque jour, je rencontre des riverains excédés certes, mais je suis dans l’incapacité de leur donner un délai de réouverture de la rue, puisque même nos lettres restent sans réponse.
En serait-il autant si nous habitions "les beaux quartiers" de Paris, de Passy ou de Neuilly?
A votre avis?

         
         

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.