JL. MELENCHON: la machine à perdre

Décidément, rien n’arrête Mélenchon : il se dit fidèle "jusqu’au bout de Fabius" mais comme ancien ministre regarde du côté de Jospin. Pourquoi pas? Les militants doivent être libres de leur choix, lui aussi. Mais je n’admets pas qu’en même temps, il se permette de dire des méchancetés sur Ségolène ROYAL pour appuyer sa valse-hésitation (voir sa dernière déclaration la comparant à moins que A. Delon).
Au fait, Mélenchon, au passage se tait quand un autre socialiste de premier plan comme M. ROCARD se pavane aux journées de l’UDF avec F. BAYROU (ce qui semble aux yeux de Mélenchon moins à gauche que de parler de T. BLAIR).
Il est vrai que Rocard lui aussi n’est pas tendre avec Ségolène, donc une alliance des mauvais qui préfèrent la droite au pouvoir.

Autres articles qui pourraient vous intéresser.