Non à la privatisation des aéroports

Mardi 5 février, le groupe socialiste du Sénat a rappelé, à l’occasion de l’examen en séance publique de la loi PACTE, son opposition à la privatisation de la société ADP.

Le Sénat a trouvé une majorité pour rejeter cette disposition du texte.

En privatisant ADP, l’Etat se prive  non seulement d’un capital et d’un patrimoine importants. Mais aussi d’un revenu annuel pérenne et croissant, constitué des dividendes qu’il perçoit chaque année, en tant qu’actionnaire.

Regardez le scandale lié à la privatisation des autoroutes!

La privatisation place par ailleurs ADP face à des logiques privilégiant la rentabilité à court terme au détriment de l’accomplissement des missions de service public. Le risque est  grand de voir les tarifs augmenter et la qualité de services aux usagers et aux compagnies aériennes baisser. C’est aussi le risque de laisser une puissance étrangère contrôler les plus grands aéroports.

Il revient désormais à l’Assemblée nationale de confirmer cette opposition à la privatisation d’Aéroports de Paris.

Les députés LERM, ultra majoritaires ont une lourde responsabilité!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.