Jean-Verdier, hôpital en danger

jean_verdierLundi 21 novembre, Gilbert Roger a rencontré à leur local les représentants des syndicats CGT et Sud de l’hôpital Jean-Verdier, afin d’évoquer la situation de l’hôpital Jean-Verdier de Bondy depuis le regroupement des trois hôpitaux de Seine-Saint-Denis (Avicenne, Jean-Verdier et René-Muret) en un Groupe Hospitalier.

La direction de l’AP-HP a décidé le départ des services de pointe de l’hôpital Jean-Verdier, notamment la cancérologie et la chirurgie digestive. Un groupe de travail vient par ailleurs d’être mis en place en vue de transférer encore une fois à l’hôpital Avicenne des services de Jean-Verdier tels que l’hépato-gastroentérologie, la réanimation, la radio interventionnelle, l’école d’infirmières, la maternité, la pédiatrie et la procréation médicale assistée (PMA). Cette décision est d’autant moins acceptable que l’on apprend dans le même temps que l’AP-HP se renseigne pour valoriser les terrains situés dans la zone ouest de Jean-Verdier pour y réaliser une opération immobilière « juteuse », alors que cette parcelle pourrait accueillir des équipements médicaux de pointe. 

Par le démantèlement de ces services, c’est le droit à l’accès aux soins pour tous qui est menacé. L’hôpital Jean-Verdier doit rester un hôpital universitaire de proximité répondant aux besoins de la population. L’AP-HP doit pouvoir se développer autour de deux axes complémentaires : la médecine spécialisée de CHU et la médecine d’hôpital général de proximité, et renoncer à ces funestes décisions. 

A la suite de cette rencontre, Gilbert Roger a écrit à Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, afin de lui demander que soit mis fin à ces transferts de services du CHU Jean-Verdier vers Avicenne.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.