Crises au Levant, les défis pour l’UE

Mardi 18 octobre à 14h30, à la demande de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, et de la mission d’information sur la position de la France à l’égard de l’accord de mars 2016 entre l’Union européenne et la Turquie relatif à la crise des réfugiés et sur les conditions de mise en oeuvre de cet accord, les sénateurs débattront sur la France et l’Europe face à la crise au Levant.

La question des migrants appelle une vraie mobilisation de la part de l’UE et de ses États membres. Le rapport sénatorial intitulé « L’Europe au défi des migrants : agir vraiment ! » revient sur l’afflux massif de réfugiés auquel l’UE a été confrontée en 2015 et en 2016 et met l’accent sur la grave crise politique qu’il a provoquée, du fait des désaccords entre les États membres et de leur difficulté à appliquer les décisions prises, qu’il s’agisse d’aider les pays en première ligne ou de se répartir les demandeurs d’asile. Si l’accord passé en mars dernier entre l’UE et la Turquie a pour l’instant permis d’endiguer ce flux exceptionnel, la question migratoire n’est pas pour autant réglée et devrait constituer un phénomène durable, compte tenu des facteurs qui l’alimentent. Les effets de cette crise ne sont pas sans conséquence au sein même des pays de l’Union, suscitant, à l’instar du dossier de Calais, des débats récurrents. 

Or, la réponse européenne tarde à produire ses effets, comme l’illustre la lenteur des relocalisations. Un sursaut et une volonté politique forte sont nécessaires pour mener à bien les chantiers engagés et tenir les engagements pris. Dans le contexte difficile que traverse actuellement l’UE, ce sont la crédibilité du projet européen et la survie de l’espace Schengen qui sont en jeu. 

Le débat organisé au Sénat sur la crise au Levant est à suivre en direct sur le site du Sénat.

l rapport du Sénat

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.