Faut-il lever les sanctions contre la Russie ?

Mercredi 8 juin 2016, le Sénat a examiné une proposition de résolution européenne relative au régime de sanctions de l’Union européenne à l’encontre de la Fédération de Russie.

Alors que le Conseil européen des 28 et 29 juin prochains doit de nouveau aborder la question de la prolongation des sanctions à l’encontre de la Russie, cette proposition de résolution européenne appelle à un allègement progressif et partiel du régime des sanctions de l’Union européenne à l’encontre de la Russie, en particulier des sanctions économiques, en liant cet allègement à des progrès significatifs et ciblés dans la mise en œuvre des accords de Minsk. Gilbert Roger a défendu un amendement afin que les sanctions politiques à l’égard des parlementaires qui ont publiquement soutenu le déploiement de troupes russes en Ukraine, y compris au cours des débats tenus le 1er mars au Conseil de la Fédération, et, pour certains d’entre eux, initié ou soutenu la législation facilitant l’annexion de la Crimée, ne soit pas levée.

Gilbert Roger a fait le choix de s’abstenir sur ce texte, car si la Russie est un partenaire avec lequel il est dans notre intérêt commun d’avoir une coopération aussi large que possible, cette coopération doit être fondée sur des principes clairs au premier rang desquels figure le respect du droit international. Aussi seul le respect intégral des accords de Minsk doit permettre la levée des sanctions.

amendement de Gilbert ROGER

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.