CUBA: visite de Mr Raul CASTRO

Le président de la République reçoit Raul Castro, en visite d’Etat en France du 1er au 3 février : il s’agit de son 1er déplacement dans l’UE, du 1er déplacement en France d’un chef d’Etat cubain depuis 21 ans, après que le président de la République a été le 1er chef d’Etat français à se rendre à La Havane depuis 50 ans, en mai dernier. 2015 aura été une année, à tous égards, exceptionnelle pour Cuba : tourisme, accord sur sa dette, relance du dialogue politique, … A ce sujet, la France est convaincue que la levée de l’embargo américain doit aller jusqu’au bout : c’est un vestige de la guerre froide, et Cuba doit prendre toute sa place. Dans ce contexte, cette visite d’Etat vise à affirmer le rôle de la France comme 1er partenaire politique européen et 1er partenaire économique européen, ainsi qu’à développer les actions françaises de coopération en matière de culture. La France tient notamment à accompagner Cuba dans sa transition vers une société économiquement plus efficace et vers une approche des droits et libertés individuels plus conforme à nos valeurs. Dans le cadre de la renégociation de la dette bilatérale, la France établira également un fonds franco-cubain doté de 212 M€ qui servira à accélérer les projets franco-cubains à Cuba (transports, hôtellerie, produits pétroliers, industries alimentaires).
 
Le Président de la République reçoit Raul Castro, président du Conseil d’Etat et du Conseil des Ministres de la République de Cuba dans le cadre de la visite d’Etat qu’il effectue en France du 1er au 3 février :
-          Il  s’agit  du  premier  déplacement  officiel  du  Président  Cubain  dans  un  pays  de  l’Union européenne depuis son arrivée au pouvoir en 2006 ;
-          C’est aussi la première visite à Paris d’un chef d’Etat cubain depuis 21 ans, après celle de Fidel Castro qui avait été reçu en mars 1995 par le président François Mitterrand ;
-          Le président de la République a été le premier chef d’Etat français à se rendre à La Havane depuis 50 ans, en visite d’Etat le 11 mai 2015 ;
-          Sur  le  plan  géopolitique,  la  France  appartient,  comme  Cuba,  à  l’espace  Caraïbe.  Cette appartenance commune a créé un attachement profond de la République dans l’histoire et la culture cubaine.
 
2015 aura été une année, à tous égards, exceptionnelle pour Cuba :
-          Le pays a été tout au long de l’année au centre de l’attention mondiale, entraînant une hausse du nombre de  touristes estimée à 18 % (près de 30 % en ce qui concerne les ressortissants français) et générant un taux de croissance inattendu de 4 %.
-          Le pays a également connu une forte relance du dialogue politique avec 185 visites de délégations étrangères, dont 22 au niveau chef d’Etat ou de gouvernement, qui se sont rendues à La Havane, notamment  celle du  Pape François, de Matteo Renzi, de John Kerry, …
o   Le rétablissement des relations diplomatiques avec les Etats-Unis le 20 juillet aura été une étape cruciale dans le long processus de normalisation entamé entre les deux pays ;
o   Trois mois après le retour des relations diplomatiques, l’ONU s’est prononcée le 27 octobre 2015 à la quasi-unanimité pour la levée de l’embargo américain, imposé depuis 1962, avec la seule opposition des Etats-Unis et d’Israël ;
o   « Le président Obama, qui a fait que l'on progresse, doit – et il l'a dit lui-même – aller jusqu'au bout et permettre qu'il puisse y avoir la fin de ce vestige de la guerre froide ». « La France a toujours été convaincue que malgré les tensions internationales qui pouvaient exister – hier la guerre froide -, il y avait une nécessité, la levée de l'embargo et donc la fin du blocus ». « C'est le message que j'avais tenu à délivrer quand je m'étais rendu à La Havane » (PR, 01/02/16) ;
o   « Cet embargo, ce blocus doivent être maintenant effacés pour que Cuba prennent pleinement sa place et c'est la volonté de ce pays, c'est la volonté de la communauté internationale » (PR, 01/02/16) ;
-          Le  pays, avec le soutien de la France, est parvenu à conclure un accord sur sa dette à moyen et long terme avec le groupe des créanciers du Club de Paris le 12 décembre dernier, autorisant l’accès à de nouveaux financements internationaux.
 
Les objectifs pour cette visite d’Etat portent essentiellement dans les domaines suivants:
 
-          Affirmer le rôle de la France comme le premier partenaire politique européen :
o   Rapprochement de nos positions sur la scène multilatérale dans les domaines où nos deux pays peuvent  converger : développement  durable,  lutte  contre  le  trafic  de  drogues ;
o   Accompagnement de Cuba vers une approche des droits et libertés individuels plus conforme à nos valeurs.
 
-          Affirmer la position de la France de premier partenaire économique européen :
o   Accompagnement de Cuba dans sa transition vers une société économiquement plus efficace ;
o   Le redéploiement d’une partie de la dette bilatérale cubaine sous la forme d’un fonds de concours  devrait permettre de financer divers projets d’intérêts communs en faveur des entreprises françaises dans le secteur notamment des transports, de l’hôtellerie, des produits pétroliers et des industries alimentaires :
§  En effet, la France a souhaité aller au-delà de l’accord multilatéral en consentant un effort bilatéral additionnel sous forme de conversion de créances, sur environ la moitié des  arriérés (212 M€). Concrètement, cela signifie que la France établira un fonds franco-cubain doté de 212  M€  qui servira à accélérer les projets franco-cubains à Cuba en finançant une part des coûts locaux de ces projets.
o   L’AFD  devrait  également  engager  rapidement  ses activités  à  Cuba ;
o   Une  feuille  de  route  économique  sera  aussi  signée  pour  engager  des coopérations, notamment sur les infrastructures, les services et les équipements. C’est au total une douzaine d’accords bilatéraux qui devrait être signée au cours de cette visite.
 
-          Développement des actions françaises de coopération en matière de culture, grâce notamment  à l’Alliance française, qui compte près de 12 000 élèves.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.