Crise agricole: toujours mobilisés

Le Gouvernement est pleinement mobilisé pour offrir des perspectives à nos producteurs. L’exportation joue à ce titre un rôle décisif pour offrir de nouvelles perspectives à notre agriculture. Dès cette semaine, Matthias Fekl a ainsi réuni au Quai d’Orsay les professionnels des filières bovines et porcines en vue de définir de façon concertée une feuille de route stratégique à l’export avant de recevoir les ambassadeurs des pays présentant un fort potentiel de développement pour nos éleveurs. Ces actions s’inscrivent dans la poursuite des efforts français pour développer nos marchés prioritaires, notamment en Italie, 1er importateur de viande française, où s’est rendu Matthias Fekl le jeudi 30 juillet, au lendemain de l’avis positif formulé par la commission des garanties de la COFACE sur la Grèce,  2ème importateur de viande bovine française.

 

La crise qui frappe actuellement les éleveurs français exige à la fois des réponses urgentes et une démarche de long-terme. Le Gouvernement est pleinement mobilisé pour offrir des perspectives à nos producteurs.

 

L’export a un rôle crucial à jouer pour offrir des perspectives à notre agriculture. En 2014, les exportations françaises en viandes bovines ont représenté 2,188 milliards d'euros, auxquels s’ajoutent 1,030 milliard pour le porc et 1,8 pour le lait. 

 

Un plan de soutien à l’exportation de la viande française constitue un axe-clé du plan d’urgence présenté le 22 juillet. Celui-ci comporte :

-          Un soutien à hauteur de 10 M€ aux actions de promotion des filières viande bovine, porcine, et produits laitiers sur le marché national comme sur ceux des pays tiers ;

-          Une mise en place opérationnelle de la plateforme « Viande France Export » regroupant les opérateurs français pour répondre aux demandes des pays tiers importateurs ;

-          Un renforcement des démarches auprès des autorités étrangères compétentes pour faire agréer les opérateurs à l’export, notamment en Asie et sur le pourtour méditerranéen.

-          Une réactivation du dispositif de garantie public avec la Coface pour maintenir le flux d’expédition de viandes bovines vers les acheteurs grecs traditionnels, dans le contexte de normalisation du dispositif bancaire grec.

 

Ces actions s’inscrivent aussi dans une démarche de long-terme, qui repose sur l’ouverture de nouveaux marchés à nos producteurs :

-          Le 29 juillet, Matthias Fekl a reçu les professionnels des filières bovines et porcines et les opérateurs et services de l’État, afin d’échanger sur deux axes principaux : l’identification de cibles prioritaires et la structuration à l’export des filières pour conquérir les grands marchés émergents.

-          Il a rencontré les ambassadeurs d’Arabie saoudite, d’Australie, du Brésil, du Chili, de Chine, de Corée du Sud, d’Irak, du Japon et de Singapour, pays qui ont connu ces dernières années une croissance de leurs importations.

o   Leurs marchés présentent un potentiel de développement important pour nos exportateurs.

o   L’ouverture de ces marchés suppose cependant d’obtenir la levée des barrières sanitaires qui touchent les exportations de viande bovine française, barrières qui n’ont plus lieu d’être depuis que notre filière bovine a été classée au risque d’ESB le plus faible par l’OIE, l’organisme mondial en charge de la santé animale.

 

Ces actions s’inscrivent dans une poursuite des efforts sur nos marchés prioritaires :

-          Le jeudi 30 juillet, Matthias Fekl a souhaité que le soutien à l’exportation de viande française soit un axe fort de son déplacement à MilanL’Italie est en effet notre 1er pays d’exportation de viande. La visite des pavillons français et italien de l’Exposition universelle de Milan, consacrée au thème « Nourrir la planète », a donc été placée sous le signe de la promotion des produits de nos éleveurs. Une opération de promotion de l’élevage français a été organisée dans le pavillon de la France auprès d’importateurs italiens et de représentants de pays prioritaires présents sur le site de l’exposition.

-          Les conclusions du rapport sur la plate-forme commerciale « Viande France Export » seront mises en place le plus rapidement possible, afin que les acteurs économiques français s’organisent davantage pour répondre aux appels d’offre internationaux.

-          10 millions d'euros seront débloqués le plus vite possible à la rentrée pour la promotion du logo « Viande de France », que Matthias Fekl fera connaître dans le cadre de ses déplacements à l’étranger. Cela demeurera un axe important dans chacun des déplacements du Secrétaire d’Etat, notamment  en Iran, en Chine et en Turquie.

 

Pour rappel :

 

Stéphane Le Foll s’est entretenu avec son homologue Luxembourgois Fernand Etgen, qui assure la présidence du Conseil, afin de préparer le Conseil Européen exceptionnel des Ministres de l’agricultures du 7 septembre prochain

-          Lors de cette réunion, la France fera des propositions de mesures concrètes en faveur des filières lait, viande bovine et porcine. L’objectif est de rallier une majorité de pays pour soutenir ces mesures. Cette rencontre a été l’occasion de rappeler que «Toutes les décisions prises [par la France dans le cadre du plan de soutien à l’élevage français] respectent les règles européennes » (S. Le Foll, 30/07/15).  

-          Parmi les propositions qui seront faites le 7 septembre au Conseil Européen, la France fera la proposition de « relèvement du prix d'intervention sur le lait ». Car « Ce mécanisme de soutien européen, activé en cas d'effondrement des cours, ne se déclenche actuellement que lorsque le prix tombe à 22 centimes le litre » (S. Le Foll, 30/07/15).  

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser.