Brignolles : les leçons à tirer

Le résultat de l’élection partielle de Brignoles avec l'élection d'un candidat "frontiste" mérite une analyse plus profonde que les discours simplistes sur l'extrême droite entendus au soir de l'élection.

 Il faut modestement être capable d'écouter le profond désarroi exprimé par les citoyens, qui, de mon point de vue, sont loin d'être tous racistes, et encore moins "fascistes".

Ce sont davantage des "laissés-pour-compte" de nous, hommes politiques, tant de droite, que de gauche.

Quand arrêterons-nous de les fustiger, pour chercher avec eux le chemin de la confiance retrouvée entre le gouvernement, les élus et les citoyens ?

Car enfin, nous pouvons toujours clamer que les décisions gouvernementales sont justes et équitables, la perception des gens , et pas uniquement les plus modestes sur le terrain est tout autre.

Nous pouvons toujours appeler de nos vœux une République exemplaire, cela n'empêchera pas les citoyens de se sentir exclus de tout, quand dans le même temps les affaires se multiplient, et les textes de lois sont rejetés par les députés ou sénateurs afin de défendre des intérêts catégoriels (non cumul des fonctions électives,transparence, métropoles….).

Le résultat de dimanche dernier est un coup de massue pour la gauche, toute la gauche. Les électeurs ne veulent plus entendre les appels au front républicain. Ce qu'ils souhaitent, c'est un gouvernement et des élus à leur écoute, qui agissent concrètement pour améliorer leur quotidien, et garantir un avenir à leur famille.

Si à gauche, et chez les socialistes en particulier, nous  ne sommes pas capables de comprendre la colère de nos concitoyens, alors Brignoles ne sera pas la dernière déconfiture électorale !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.