Forum Social Mondial à BELEM, un autre monde est possible

Lundi prochain s'ouvre à Bélem le forum mondial social et dans ce cadre le forum des autorités locales. La crise économique mondiale, l'environnement pris en compte dans les décisions publiques, le respect des minorités – en particulier des peuples de l'amazonie-, l'eau bien universel…Des sujets de confrontations d'idées entre citoyens et élus, syndicalistes…
Le monde globalisé s'est effonfré avec son système bancaire internationale, et l'on voit que les économie sont impactées. A Davos, en SUISSE, les tenants du libéralisme le plus pur, essayaient année après année de nous inoculer leur venin: aucun autre système que le capitalisme libéral n'est viable. Et pourtant!
Après Porto ALegre, après les forums décentralisés en Inde puis sur le continent africain, le forum mondial s'installe à nouveau au Brésil. Nous y participons, dans le comité d'organisation et même nous préparons avec nos amis de Nanterre, le futur forum des villes de périphéries en 2010 à Getafe en Espagne.
Il faut confronter les expériences, il faut en tirer le meilleur pour inventer une autre façon de faire avancer notre planète.
Le forum des autorités locales réunira lus de 500 élus (es) de toutes nations et de toutes expériences pour 4 jours de débats intenses.

Voici, la trame de l'intervention que je compte y faire en ouverture du forum, sur les tables rondes, puisque nous sommes , La Seine-Saint-Denis, parmi le comité d'organisation du forum.

Je suis très honoré de contribuer à l’ouverture de notre Forum. Cette 8ème édition, de retour au Brésil et pour la première fois en Amazonie, cette région précieuse pour toute la planète, témoigne de la longévité et de l’élargissement de nos combats et de nos valeurs pour l’inclusion sociale et la démocratie participative.

Dans ce réseau, articulé depuis sa création au Forum social, nous partageons la conviction qu’un autre monde est possible. En 2001, cette affirmation était un cri d’espoir. Aujourd’hui, face à la crise globale, financière, économique, sociale, environnementale qui fait rage… qui oserait contester qu’un autre monde soit nécessaire ? Alors qu’il y a tout juste 10 ans, tous les partisans de l’ultralibéralisme théorisaient « la fin de l’Histoire », aujourd’hui, entre Davos et Belém, la confrontation sur les alternatives à construire est plus que jamais nécessaire. C’est la raison pour laquelle, dans notre diversité, nous nous retrouvons ici : tout simplement parce que la condition humaine se révèle à ce point absurde et injuste, qu’il ne peut pas être question de s’y résigner.
Je voudrais, à ce sujet, exprimer deux idées qui pour moi justifient la place et le rôle de notre forum et le nécessaire élargissement de son réseau.

Si nous vivons des réalités locales différentes, nous sommes aussi confrontés à des défis communs, des défis posés à l’échelle globale avec des effets similaires sur chacun de nos territoires. Bien sûr, du Nord au Sud, subsistent d’énormes inégalités de développement. Mais les mêmes causes produisent les mêmes effets. Partout domine un double mouvement de globalisation et de métropolisation. 50% de la population mondiale est urbaine. 60% d’ici 20 ans. 

Nos villes ont souvent été à la pointe des combats pour la justice sociale, l’accès aux droits, au logement, à la santé, la culture et en matière de participation citoyenne. Mais sous l’impulsion de la marchandisation et de la privatisation, de la mise en concurrence des territoires, se dessinent des métropoles qui, comme des pièces de monnaie, ont deux faces. Sur l’une se concentrent les capitaux, l’information, la consommation, l’opulence pendant que sur l’autre s’étend la souffrance sociale, l’inégalité d’accès aux transports, à l’éducation, la précarisation puis la marginalisation des plus démunis, la rareté des services publics et des biens culturels.

Dans les zones les plus déshéritées du monde, la même logique conduit à la croissance exponentielle de bidonvilles immenses qui forment les nouvelles mégapoles de la misère extrême. Selon l’ONU, un milliard d’humains y survivent. Autrement dit, un tiers de la population urbaine mondiale vit aujourd’hui dans des taudis, le plus souvent privé d’eau propre, d’électricité, de sanitaires.

Face à ce mouvement et ces logiques qui sont à l’œuvre sur nos territoires, face à leurs conséquences écologiques et humaines, il y a urgence à construire le droit à la ville du XXIème siècle. Nous voulons un autre mode de développement, solidaire, durable et démocratique partout sur la planète. Cette urgence se pose localement. C’est une urgence et un impératif pour chacune et chacun des élus locaux que nous sommes. C’est cela qui donne sens et raison d’être à notre Forum.

La deuxième idée est contenue dans la première. Mais je pense utile de l’expliciter ! 
Nous sommes confrontés à des problèmes communs. Ils se posent à l’échelle locale et nationale, continentale et mondiale. Le rapport de force à construire pour un autre monde possible se pose, lui aussi, à toutes ces échelles. Il impose donc de faire appel à la diversité de nos engagements, de nos cultures, de nos langues, de nos combats. Il s’adresse à l’ensemble de celles et ceux qui sont prêts à se retrouver dans la défense de l’intérêt commun, la préservation de notre environnement, la justice sociale et l’épanouissement humain.

Pour que ces objectifs l’emportent, nous avons le devoir de confronter la diversité de nos points de vue et de nos expériences en faisant vivre pleinement le pluralisme au sein de notre réseau d’Autorités locales. 

Soyons convaincus que notre diversité est un atout, une richesse qui doit mieux se retrouver dans nos échanges comme dans le mode horizontal d’organisation de notre réseau.
Je conclurai sur ces deux idées.

La première invite à considérer l’enjeu de construire des métropoles solidaires, durables et démocratiques comme vital pour l’avenir de toute notre humanité ;

La seconde, à considérer que cet objectif oblige à rassembler la diversité de toutes celles et tous ceux qui sont prêts à y concourir.

Ces deux idées président à la préparation du 2ème Forum des Autorités Locales de Périphéries pour des métropoles solidaires, qui se réunira en mai 2010 à Getafe et à l’élaboration de la Charte mondiale qu’il adoptera sur ce thème.

Je vous rendrai compte dès que possible des principaux angles et thèmes qui seront abordés pendant ce forum mondial.

Autres articles qui pourraient vous intéresser.