A propos des emprunts « toxiques » consentis aux collectivités locales

A propos de la crise financière internationale et de ses conséquences sur les collectivités locales
Beaucoup d’articles, beaucoup d’inquiétudes légitimes après l’effondrement de la banque des collectivités locales DEXIA et les secousses sur tout le système bancaire. Cela a mis en lumière des prêts dits toxiques, appuyés en taux variables avec de séduisants différés d’amortissement et appuyés sur des monnaies comme le dollar, le yen, voir le taux de l’inflation constatée aux USA.

Certaines collectivités ont jusqu’à 98% de leur encours d’emprunts appuyés sur ces prêts consentis à l’époque de la bulle bancaire par DEXIA.
Qu’en est-il pour BONDY?
La ville a contracté 41 emprunts au taux moyen de 4.68% , d’une durée de vie de 8ans avec extinction globale de la dette sur 15 ans- conforme à la strate de villes de taille équivalente-
La ville n’a contracté aucun produit de type structuré (emprunt dit toxique), alors que dans la même strat! les collectivités en ont au moins 26% de leurs encours.

C’est donc une situation saine en cette période agitée du système bancaire international: 80% de nos emprunts à taux fixes étaient d’ailleurs jugés un peu chers par certains à l’époque, mais qui se révèlent de bonne gestion à ce jour.
Nos emprunts à taux variables sont indexés sur l’EURIBOR -taux bénéfique entre 2004 & 2007 et sur du livret A.
Nous suivons activement les évolutions qui seront données par les banques centrales pour les emprunts que nous serons amenés à contracter en 2009.

Autres articles qui pourraient vous intéresser.