Le PS ne sort pas grandit du congrès de Versailles

Il y avait un piège, et la direction du PS y est tombée dedans lentement , mais sûrement.
On ne peut réclamer pendant des décennies une réforme de notre constitution et ne pas faire oeuvre de pédagogie pour que nos militants en premier, les électrices et les électeurs en second et nos partenaires à gauche, pour le moins, partagent notre point de vue, et veulent présenter un projet clair aux français.
Tout au contraire,F. Hollande et JM Ayrault enferment le débat dans une bouillie mêlant tout à la fois des demandes d’amélioration du projet de réforme constitutionnel et un vote sanction contre Sarkozy. Partie perdue d’avance, puisque le PRG entend les propositions de la droite pour se libérer de la contrainte du fonctionnement intégré au groupe socialiste à l’assemblée.
Et la piteuse séquence du lendemain avec des menaces de sanctions contre Jack Lang, puis contre Arnaud Montebourg et Philippe Martin, quel désastre.
Les éléphants du PS qui cantonnent l’appareil du PS pour sortir n°1 à la désignation de 2012 présidentielles en vue, nous montrent à qui en doutait que le congrès de Reims en novembre prochain sera un congrès de dupes, si on ne veut pas réellement reconstruire une nouvelle façon de travailler ensemble.
F. Hollande a montré qu’il n’était pas disponible pour moderniser notre pensée et notre vie commune au sein du PS.
Regrettable.

Autres articles qui pourraient vous intéresser.