Drame à Bondy, J+4

Chaque jour depuis le drame, elle me téléphone dans les crises d’angoisses: "où est mon mari ? Qui peut me donner des nouvelles?" Et puis on parle des enfants de la vie il faut s’accrocher au moindre espoir. Son grand fils est venu plusieurs fois sur le lieu du drame, les yeux plein de tristesse.
Et hier les évènements avancent dans l’après midi je suis informé que Monsieur le Procureur vient de diligenter l’autopsie, je préviens Mme A…Le temps ne compte plus. Tard dans la soirée elle reçoit la visite d’un officier de police, les mots sont durs à entendre naturellement Je l’appelle et on convient de se voir ce matin.
Chez elle, elle est bien entourée de ses proches, trop de chagrin dans les yeux pour pleurer.
Qu’il était gentil et serviable, on le connaissait tous pour ceux qui fréquentaient le magasin "Bricorama" où il était employé. Il écrivait et n’aura pas eu le temps de finir son livre.
Les services de police judiciaire et du procureur vont aller vite pour autoriser l’inhumation conformément à sa croyance religieuse. Les contacts avec M. Meniri responsable de la mosquée permettent d’aider et de soulager la famille. A Bondy presque tout le monde se connaît.
Quelle tristesse pour son épouse et ses trois enfants, quel gachis!

Autres articles qui pourraient vous intéresser.