Après le cyclisme, à qui le tour?

Le tour de France aurait pu nous permettre de constater que les organisateurs d’une grande compétition pouvaient "nettoyer" le spectacle de tous les trafics en dopage. Il reste surement des efforts à accomplir mais cette année, la grande boucle aura permis de révéler de jeunes pousses parmi les petites équipes et surtout que la souffrance existe pour monter des cols les uns après les autres est une réalité.

Hélas le spectacle pour les amoureux de la petite reine est aujourd’hui bien mis à mal avec le test positif du maillot jaune, l’américain LANDIS.

Paralélisme des formes, je trouve que pour la dernière coupe du monde la Fédération internationale de football aura sur ce sujet aussi été bien silencieuse sur le dopage. Nous pourrions attendre deux actions: l’une sur l’harmonisation des règles d’arbitrage, et l’autre sur les contôles systématiques des joueurs.

Le sport doit reprendre ses valeurs d’olympisme.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.