Pourquoi expulser des logements en temps de crise?

Avec le retour du printemps, il y a aussi le temps des expulsions. Soyons clair, je ne m’oppose pas "tête baissée" contre toute expulsion. J’affirmerai même que la Loi et les moyens qui en découlent devrait être plus précise et rapide quand on constate des troubles effectifs de jouissance pour le voisinage, ou bien sur les squatts de logements sociaux.

Mais quand une famille n’arrive pas à joindre les deux bouts à cause d’accident de la vie ou de perte d’emploi, il me semble que l’on se doit d’abord d’engager un travail social, et si la famille est volontariste pour s’en sortir alors l’expulsion n’est pas la solution.

Dans ce pays qui ne fait pas appliquer la Loi SRU avec en particulier l’obligation de construire 20% de logements sociaux, on peut légitimement s’interroger sur la pertinence pour l’Etat d’appliquer des règles fermes pour les locataires et complaisantes pour certains élus.

L’arrêté que j’ai pris comme les autres années sera jugé illégal, certes mais politiquement juste.

Téléchargement microsoft_word_arr_352t_351_du_maire_contre_les_explusions_locatives_2008.pdf

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.