Meaux: la violence au quotidien

Un drame affreux, qui hante la communauté éducative. Les mesures d’ambition réussite pour les collèges, l’abaissement du nombre d’élèves par classes n’y font rien, la violence est un état "naturel" de vie scolaire.
Que faire après un tel drame? Sûrement renforcer la présence d’adultes dans les établissements. Mais avec une mission précise comme celle de participer à l’éducation en offrant des séances en plus de sports d’approche culturelle. Les enfants n’ont  pas à être désoeuvrés dans l’établissement scolaire.
Et puis il faut instaurer une relative confiance entre les adultes eux même. Trop souvent on constate que les différences entre profs et surveillants, entre administration et personnel d’enseignement offrent aux élèves qui le cherchent des failles dans l’autorité scolaire.
Et les parents dans tout ça ? Il  faut surement les ramener au centre des éducations et de la discipline en direction de leurs enfants.
Car enfin, battre un petit copain de classe en provoquant sa mort et aucune réprobation des autres copains, n’est ce pas là notre aveu d’échec?

Autres articles qui pourraient vous intéresser.