29 Mai 2006, et après ?

Un an vient de s’écouler depuis le "NON" français au projet de traité constitutionnel, et alors? Que s’est-il passé? Quelques amis comme moi ont dès l’annonce des résultats dit leur volonté d’entendre et de respecter le choix des électeurs. C’est pourquoi, je ne partageais pas à l’époque la tentation de quelques-uns dans la majorité national du PS de clarifier par une mise en minorité des "tenants du non". Je crois avoir fait au PS oeuvre utile, puisque le congrès national du Mans n’a pas été le champ des divergences et ruptures, l’unité est modestement passée par quelques dirigeants (es) comme moi.
Mais le sujet, le fait européen reste entier, il n’y avait pas de plan "B", et il n’y en a toujours pas! Et les libéraux s’en donnent à coeur joie. Nous devons donc approfondir notre désir à gauche d’une Images_12Europe solidaire, en initiant un projet de Constitution européenne, plus simple dans sa formulation et plus précis quant à ses objectifs sociaux et humanitaires.
E n cela, les comités du "29 mai" mis en place principalement par le PCF sont dans l’incapacité idéologique de formuler avec d’autres partis socio-démocrates en Europe une dynamique de force de propositions. Hélas sa démarche se lit plus comme un pied qu’il souhaite avancer comme une alternative à gauche hors du Parti Socialiste.
Franchement, qui peut raisonnablement croire que notre pays est en capacité de gagner à gauche sans les socilaistes? Et ce n’et pas être hautain ni hégémonique que de poser une telle question!
Alors ne confondons pas les genres, soyons lucides sur les objectifs, et créons les conditions d’un débat porté par les socio-démocrates européens, beaucoup de partis de l’Internationnale Socialiste nous attendent.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles qui pourraient vous intéresser.